Sélectionner une page

5 :27. Je n’arrive plus à dormir et la seule chose que j’ai en tête c’est la femme.

J’aime la femme, même celles qui ne s’aiment plus
Je l’aime trop, je l’aime tous les jours et en après-midi
J’aime la femme lorsqu’elle me parle et que je l’écoute
J’aime sans pouvoir lui dire, sans savoir comment
Je l’aime vraiment, tout simplement et trop
J’aime son nez trop long
Je l’aime quand elle porte la vie et je l’aime sur toutes les voyelles
J’aime la femme, je l’aime sous mes larmes
Je l’aime dans l’avortement et dans ses choix
Je l’aime, vraiment
J’aime la regarder
J’aime ses plis et ses regrets, je l’aime pour moi, je l’aime pour toi
Je l’aime sans mots

J’aime la femme, je l’aime trop… vraiment

Je l’aime tous les jours, même ceux qui n’arrivent jamais
J’aime la femme même celles qui ne s’aiment plus
Je l’aime trop, je l’aime sans qu’elle me le demande
J’aime la femme, je l’aime sous mes larmes
J’aime sans pouvoir lui dire, je l’aime tous les jours
J’aime la femme en après-midi
J’aime la femme quand elle me parle et que j’arrive à l’entendre
J’aime la femme qui pleure en silence pour les autres

J’aime la femme lorsqu’il pleut

J’aime ses plis et ses regrets, je l’aime pour moi, je l’aime pour toi
J’aime la femme, tout simplement et dans mes éclats
Je l’aime lorsqu’elle dort,

Je l’aime trop, je l’aime tout le temps

J’aime la femme entre chacune de ses voyelles

J’aime la femme, j’aime ses seins, ses joues et tous ses étirements de peau

J’aime

J’aime la femme, même quand on ne s’aime plus
Je l’aime vraiment et je ne sais même pas comment

Je l’aime souvent trop tard

Je l’aime sans lui dire, et en silence

J’aime la femme,

5 : 28. Voilà comment je retrouve le sommeil, comme s’il fallait que je me rappelle pourquoi j’aime la femme.