Sélectionner une page

Sous les brumes, les oiseaux roses habillent la noirceur
Pour que nous puissions oublier de trouver un coupable
À nos hypocrisies, nos douleurs et nos inconstances
C’est normal de vouloir mourir au soleil
Même si plusieurs meurent dans l’indifférence
Sous les éclaircies les oiseaux gris soupirent l’aurore
Pour que nous puissions croire les victimes

Quelle est la texture du monstre sous ton lit
Celui qui t’empêche de laisser traîner ton pied
Où nous ont menés tous les sauts entre les dalles d’asphalte
Pour éviter les crevasses de la rue et les jours de pluie
Est-ce que nos peurs ont un jour aimé
Pourquoi nous attendent-elles au bas des escaliers
Et jamais au sommet des crayons feutres lavables