Sélectionner une page

À lire en écoutant: Fulton road de Bernard Adamus

 

La nuit sent la sangria, tes lèvres goûtent l’été et moi j’ai frette asti

On m’a dit que c’est normal des fois que tu feeles tout croche

Faque je suis assis drette comme ça ya juste en dedans que ça spasse

Y mreste juste une butch de cigarette pour éclairer les recoins de la nuit

Pi une vieille guit pour chanter dans le métro quand jtrouve le temps long

Tu mrgardes avec tes yeux vides tendres la main pour une poignée de change

Ca tfait quoi que je me souale la yeule asoere, jt’ai demandé kek cennes pas ton jugement

De toute facon té plus mal que moé, ça se voit tu feel tout croche quand t’es tuseul

Passe que criss que c’est pas facile d’haïr la vie quand on nous a dit le contraire

On s’est tous fait fourrer par un peu d’espoir, mais t’as toujours le choix de rester ou partir

Regarde mes poches sont vides, pi j’coucher sur un banc

T’achètes ta liberté avec l’accord des gens pi ta job parce tu ne rêves plus

Moé c’est quand la nuit sent la sangria, pi que le grande ours veille directe sur moé que je

me sens libre passequ’asti que j’ai frette a soer

 

Aout 2015